Accueil » Divers » Pédagogie » Le très célèbre Allegretto de Beethoven

Le très célèbre Allegretto de Beethoven

samedi 6 juin 2020, par L’équipe de l’EMGC



Bonjour à toutes et à tous,

Nous avons l’immense plaisir de vous présenter le travail de Patrice Vanneufville, président de l’école de musique, autour de l’ Allegretto de la 7e symphonie de Beethoven.

« Ce projet est touchant à plusieurs titres, mais surtout parce qu’il est très rare de voir rassemblés tant de pianistes d’âge et de niveau différents. Ironie de la situation : sans la pandémie, il n’aurait pas été possible de faire jouer la classe entière sur un même morceau ! »  [1]

« Et moi qui me disais dans les deux premières minutes que ça allait manquer de timbales... Bravo !! »  [2]

Ce 2e mouvement Allegretto est « une de mes meilleures œuvres » selon Ludwig van Beethoven lui-même, une « apothéose de la danse... » selon Richard Wagner.

Jugez par vous-même :

 

Un immense bravo aux 24 musiciens de ce projet : Alix, Anne Marie, Aurore, Camille, Corinne, Eloi, Ethel, Jeanne, Laurent, Léa, Lenaig, Maélys, Masa, Noé, Patrice, Pauline, Quentin, Sama, Simon, Stéphanie, Timon, Valerica, Valérien et Xavier.

Si elle vous plait, n’hésitez pas à diffuser cette vidéo ou cet article !

1. Contexte [3]

Beethoven composa cette symphonie grandiose durant la terrible période de campagne de Russie de 1812 des guerres napoléoniennes (1803-1815) contre le Saint-Empire romain germanique.

Sa première exécution eut lieu le 8 décembre 1813 pour un concert de charité à l’université de Vienne en Autriche, avec un orchestre symphonique dirigé par lui même, composé de nombreux musiciens illustres dont Louis Spohr, Giacomo Meyerbeer, Mauro Giuliani, Johann Nepomuk Hummel, Ignaz Moscheles, Domenico Dragonetti, Andreas Romberg, et Antonio Salieri....

Ce concert de charité patriotique donné pour les soldats blessés de la bataille de Hanau (d’octobre 1813) exaltait les autrichiens et les troupes de la sixième Coalition contre l’armée de l’empereur Napoléon Ier. Son succès fut tel que l’orchestre dut rejouer ce 2e mouvement Allegretto en rappel !

Ce célèbre mouvement nommé « Allegretto » par Beethoven, c’est-à-dire à peine moins vite qu’Allegro (mouvement vif et gai), est souvent considéré comme un mouvement lent. Mais s’il est joué au bon tempo comme ici, il est vrai qu’il n’a plus ce caractère de marche funèbre qu’on lui donne parfois.

Les esquisses de ce thème avec son rythme obsédant, un thème court et répété inlassablement, toujours plus aigu et toujours plus fort, datent de 1806, donc 5 ans avant que Beethoven ne commence véritablement sa symphonie.

Ludwig van Beethoven en plein travail © Getty / Time Life Pictures/Mansell/The LIFE Picture Collection
Ludwig van Beethoven en plein travail
© Getty / Time Life Pictures/Mansell/The LIFE Picture Collection

2. Instrumentation

  • Cordes : premiers violons, seconds violons, altos, violoncelles, contrebasses
  • Bois : 2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes en la, 2 bassons
  • Cuivres : 2 cors en la, en mi et en ré, 2 trompettes en ré
  • Percussions : 2 timbales (la et mi)

Description de la vidéo :

« Un arrangement original a permis à chaque musicien de travailler et d’enregistrer à la maison, la partie de l’un des instruments de l’orchestre.
Un énorme travail pédagogique et technique a été nécessaire pour en arriver là. Mais ce souvenir émouvant d’une période qui a été difficile pour beaucoup d’entre nous restera longtemps dans nos mémoires, pour le plaisir de tous.

Le montage vidéo attribue à chacun un endroit sur l’image en fonction de l’instrument interprété, s’inspirant de la disposition de l’orchestre classique. Par exemple : violon 1 en bas à gauche, violon 2 en bas à droite, clarinette en haut à gauche, hautbois en haut à droite. »

Et comme vous avez pu le constater, les couleurs chaudes pour les cordes au premier plan, et les couleurs froides pour les vents et les timbales !

3. Aller plus loin :

La trame musicale qui a servi à rassembler les musiciens sur le même élan et le même tempo, est : George Szell à la tête de The Cleveland Orchestra (Sony Music Entertainment, 1960).

Lors du générique de fin, au moment ou chaque musicien se présente, c’est bien un extrait de cette interprétation que vous avez entendu. Voici la version complète :

 

L’Allegretto de la 7e Symphonie de Beethoven a inspiré beaucoup d’artistes cinématographiques car il fut utilisé dans de nombreuses bandes originales de films. Sans ordre :

  • Irréversible (2002), La Longue Nuit (1947), Forever (1998), The Fall (2008), Prédictions (2009), Le Discours d’un roi (2010), Le Chat noir (1934), Lola (1961), Zardoz (1974), Diplomatie (2014), Les Nazis attaquent (1943), X-Men : Apocalypse (2016), Why Don’t You Play in Hell ? (2013), Love Exposure (2009), Elles (2011), A bord du Darjeeling Limited (2007), De bon matin (2010), Zardoz (1973), Amitiés sincères (2013), Adieu au Langage (2014), etc.

Parmi les interprétations les moins communes, nous avons retenu l’époustouflante version revue et corrigée par le pianiste par Joachim Horsley, sur un rythme endiablé de salsa cubaine.

C’est uniquement du piano du musicien que viennent tous les sons !

 

Liens connexes :

N’hésitez pas à nous faire part de vos réactions et de toutes vos bonnes idées dans le forum ci-dessous.

Très cordialement,
L’Equipe de l’EMGC


[1Hélène Cao, professeur de culture musicale, Paris 13e

[2Johannes Le Pennec, violoncelliste et chef d’orchestre

[3Sources variées : Wikipedia, France Musique


Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

retour top